Projets économiques et sociaux

Création et équipement d’une unité de production de savon bio – GLORI BIO

Abidjan, Côte d'Ivoire

Création et équipement d’une unité de production de savon bio – GLORI BIO

Abidjan, Côte d'Ivoire

17 408 €
d'apport financier
  • Le contexte

Les conditions de travail ne respectaient pas les règles élémentaires d’hygiènes et de sécurité. L’infrastructure n’était plus adaptée à la production de savon face à la forte demande de la part des professionnels de santé.

  • L’action réalisée 

– Installation d’une unité de fabrication dans un conteneur dédié de 40 pieds ;
– Aménagement d’un bureau et d’un atelier de travail ;
– Equipement pour la savonnerie (kit savonnerie MDK2) ;
– Fourniture d’accessoires de fabrication et de manutention.

  • Les résultats 

La micro-entreprise compte aujourd’hui 4 personnes et produit 900 à 1500 savons par jour quand l’activité bat son plein. La responsable travaille à présent dans un nouvel entrepôt qu’elle loue et aménage au fur et à mesure à ses propres frais. Elle est amenée à collaborer avec des médecins et des pharmaciens pour la production de marques blanches et renouvelle l’offre de ses produits régulièrement.

Construction et équipement d’une unité de transformation agroalimentaire - AGRO EXPRESS

Cotonou, Bénin

01/01/2022

Construction et équipement d’une unité de transformation agroalimentaire - AGRO EXPRESS

Cotonou, Bénin

24 438 €
d'apport financier

Le contexte

Agro Express produit des conserves de fruits / légumes et épices, conditionnées dans des pots en verre et conservable pendant un an. L’approvisionnement en matières premières se fait directement au champ auprès d’un réseau de cultivateurs, pendant la saison d’abondance.

À ses débuts, l’entreprise produisait 30 à 100 bocaux par jour, ce qui équivaut à environ 120 kg de tomates fraiches. Avec l’accroissement de la demande sur le marché, la capacité de production est passée à 1/2 tonne par jour de production, ce qui équivaut à environ 800 à 1000 bocaux de purée de tomates. Pour répondre à la demande, l’entreprise avait besoin de recruter et de développer son système de production.

L’action réalisée

Don à AGRO EXPRESS des moyens de production pour la transformation de tomates :
Construction d’un bâtiment de 181 m² qui sert d’usine de production. Le bâtiment aux normes participe à la sécurité sanitaire des aliments proposés et permet d’obtenir le certificat de mise sur le marché.
– Achat de 2 machines pour le remplissage et la fermeture des opercules. Utilisant jusque-là des bocaux en verre, l’utilisation d’opercules comme nouveau conditionnement permet de réduire les coûts d’emballages, et donc du produit. Elle permettra aussi de proposer des formats plus adaptés aux besoins des ménages, qui ne possèdent pour la plupart pas de réfrigérateurs.

Résultat

Le financement de ce projet a permis à l’entreprise de créer 6 nouveaux emplois permanents. Aussi, l’augmentation de la capacité de production bénéficiera à la vingtaine de producteurs de tomates fournisseurs de l’entreprise, qui subiront moins de pertes.

Aménagement et fourniture de kits d'hygiène

Abomey-Calavi, Bénin

Aménagement et fourniture de kits d'hygiène

Abomey-Calavi, Bénin

22 873 €
d'apport financier

Le contexte

L’orphelinat Le Refuge accueille 229 enfants, logés et scolarisés sur place. Vivant exclusivement de dons et de providence, la crise sanitaire mondiale due au COVID-19 a fait chuter les dons destinés au refuge. Durant la crise sanitaire, Le refuge peinait à assurer les trois repas quotidiens, à soigner et prendre soin des enfants.
L’agence du Bénin a souhaité ainsi financer des travaux et quelques équipements afin de réduire les postes de dépenses de l’orphelinat Le Refuge, pour que les enfants puissent continuer d’y vivre correctement et conserver les mesures barrières contre le Coronavirus.

L’action réalisée

– Achat de dispositifs pour permettre le lavage des mains
– Fabrication de masques chirurgicaux pour les enfants et les intervenants
– Construction d’un forage avec un mini-château d’eau pour les besoins du centre

Les résultats

Les enfants vivent dans de meilleures conditions d’hygiène et le centre profite d’un accès à l’eau direct pour répondre à ses besoins quotidiens.

Création d’une Unité de Services Essentiels (USE)

Loubassa, Congo

25/06/2023

Création d’une Unité de Services Essentiels (USE)

Loubassa, Congo

23 000 €
d'apport financier

Le contexte

Pot@maï est une association française spécialisée dans les énergies renouvelables. Elle conçoit des infrastructures d’accès à l’énergie renouvelable et aux services de base pour les populations enclavées. Les objectifs de l’association sont la lutte contre la pauvreté, l’amélioration des conditions de vie, la lutte contre l’exode rural et le renforcement de la sécurité alimentaire.

Les habitants consommaient l’eau du fleuve voisin et n’avaient pas de moyen de conservation pour la pêche et l’agriculture. L’agence Sogea-Satom Congo s’est à Pot@maï pour soutenir les habitants de Loubassa et des villages voisins à travers la construction d’une USE pérenne.

L’action réalisée

– Installation d’une hydrolienne flottante qui produira 10 à 15 kW 24h/24, toute l’année
– Construction d’un bâtiment circulaire de 150 m² pour abriter les équipements électriques qui seront alimentés par l’hydrolienne, ainsi que les équipes qui y travailleront
– Mise en place d’un système de pompage et de potabilisation de l’eau du fleuve, d’ateliers de recharge (lampes, batteries, téléphones etc…), et de moulins (pour fabriquer les aliments de bétail).

Résultat

De l’eau potable et de l’électricité sont accessibles aux habitants et cela leur permet de développer aussi des micros activités économiques autour de l’USE.

La gestion du site est aujourd’hui assurée par une entreprise locale, supervisée par Pot@maï, ce qui permet de créer des emplois directs. Le site sera également un lieu de formation et d’insertion professionnelle pour les jeunes artisans / agriculteurs.
Les produits et services seront vendus à des tarifs adaptés au niveau de vie des villages et les bénéfices réalisés serviront à financer la gestion et la maintenance du site.

Connecter le réseau d’eau potable aux foyers locaux

Gbamnan Djidan 1, Côte d'Ivoire

01/06/2020

Connecter le réseau d’eau potable aux foyers locaux

Gbamnan Djidan 1, Côte d'Ivoire

L’ONG Eau et Vie Côte d’Ivoire, partenaire de Dji Ni Sii SARL, a sollicité l’ISSA pour soutenir ses initiatives. Ce projet vise à la mise en place de 6 cages à compteurs afin de connecter le réseau d’eau potable aux foyers locaux, un pas crucial vers l’approvisionnement en eau.

En parallèle, l’ISSA s’engage dans la construction d’un réseau d’eau de 1 200 mètres linéaires, essentiel dans le quartier précaire de Gbamnan Djidan 1, à l’est de Yopougon, aux abords d’Abidjan. Ce projet permettra à 528 foyers d’accéder à l’eau potable.

L’intervention de l’ISSA se révèle vitale pour le développement de Dji Ni Sii. Les compétences techniques d’un ingénieur travaux de Sogea-Satom sont mises à contribution pour la réalisation du réseau d’eau.

Par ailleurs, l’équipe QHSE de Sogea-Satom en Côte d’Ivoire dispense des formations aux membres de Dji Ni Sii pour les sensibiliser aux risques en matière de sécurité. Cette démarche renforce la conscientisation collective sur ces enjeux cruciaux. »

Fourniture d'équipement pour la production de Songtaab

Ouagadougou, Burkina Faso

Mars 2012

Fourniture d'équipement pour la production de Songtaab

Ouagadougou, Burkina Faso

13 142 €
de soutien financier

À Ouagadougou (Burkina Faso), l’association Songtaab contribue depuis 1998 à l’émancipation des femmes grâce à la production de beurre de karité biologique. Comme un symbole, l’association Songtaab signifie « s’entraider » en mooré, l’une des trois langues du Burkina Faso.

Cette filière représente un levier économique important pour le pays. Réparties dans six villages, près de 1 000 femmes exploitent le fruit de l’arbre selon des méthodes traditionnelles, transmises de mère en fille depuis des générations. Elles fabriquent des savons, confitures, huile de sésame et d’arachide qui sont commercialisés localement mais aussi dans plusieurs pays du monde.

Le programme ISSA a donné à l’association Songtaab un vrai coup de pouce. Un soutien qui lui a permis d’acquérir des équipements performants (appareil de forage, élévateur pour les charges lourdes, bac à laver des filtres à huiles bio, et tout un équipement de laboratoire d’analyse des produits finis) et de financer la construction d’une boutique et d’un hangar protecteur contre les rayons du soleil. Le tout sous le regard bienveillant de la marraine ISSA de l’association.

Rénovation d'un centre d'accueil pour enfants

Johannesburg, Afrique du sud

Octobre 2012

Rénovation d'un centre d'accueil pour enfants

Johannesburg, Afrique du sud

17 809 €
de soutien financier

L’association Mohau Community Center dans le quartier de Springs, à l’est de Johannesburg, agit sur le terrain pour apporter de l’aide aux familles les plus pauvre. Ce centre d’accueil joue un rôle crucial en distribuant plusieurs fois par semaine des repas à environ 300 enfants défavorisés et personnes âgées fragiles.

Martha Motaung, responsable du centre, exprime le désir d’étendre l’aide, particulièrement en direction de ces jeunes enfants. En 2012, elle se tourne vers Sogea-Satom et son programme ISSA. Grâce à ce partenariat, cinq mobil-homes sont entièrement rénovés et équipés pour accueillir durablement les jeunes des quartiers, contribuant ainsi à leur éducation.

Le Mohau Community Center a également fait appel aux équipes de Southern Pipeline Contractor (SPC), une filiale de Sogea-Satom à l’époque, pour participer activement aux actions du centre. Leur implication s’est étendue de la distribution des repas à la recherche d’entrepreneurs fiables pour les travaux de réhabilitation, la sélection de matériaux de qualité et le contrôle des chantiers.

Cinq ans après, le Mohau Community Center continue de déborder d’idées pour améliorer le quotidien de ses résidents, témoignant ainsi d’un engagement constant envers leur bien-être.

Le Mohau Community Center accueille et aide aujourd’hui, sur la durée, davantage de jeunes en situation de précarité, mais aussi des personnes sans-abris.

* En 2012, le Mohau Community Center s’appelait Hosanna Sentrum.

Fourniture d'équipement pour la production d'engrais biologique

Glazoué, Bénin

Octobre 2024

Fourniture d'équipement pour la production d'engrais biologique

Glazoué, Bénin

15 088 €
de soutien financier

Depuis 2011, Bio Phyto s’illustre dans la production d’engrais et de pesticides entièrement biologiques. Avec une composition 100 % naturelle, ces produits préservent l’environnement ainsi que la santé des consommateurs et des agriculteurs, qui manipulent quotidiennement des produits chimiques. Gildas Zodome, fondateur de Bio Phyto, explique : « Nos produits sont élaborés à partir de graines de neem et de plantes aromatiques collectées par des groupements de femmes et de jeunes des zones rurales du Bénin ».

 

Face à une demande croissante de 25 000 tonnes d’engrais et 150 000 litres de pesticides biologiques, Bio Phyto a fait appel au dispositif ISSA. Ce partenariat a été fructueux : l’acquisition d’équipements supplémentaires a permis d’augmenter la capacité de production. Les revenus et les conditions de travail se sont améliorés pour les populations rurales impliquées dans la collecte et le transport des matières premières.

 

La confiance accordée par Sogea-Satom à Bio Phyto s’est avérée judicieuse. La start-up solidaire a été récompensée du titre de « Meilleur jeune entrepreneur d’Afrique » par le collectif des universités d’Afrique RUFORUM en 2016, puis a obtenu celui de « Meilleure innovation d’Afrique-France » lors du sommet de Bamako en 2017, décerné par la Banque Mondiale.:

 

Grâce à l’acquisition de nouvelles machines, Bio Phyto a augmenté la production d’engrais et de pesticides biologiques. Une hausse des ventes – et donc des revenus – qui bénéficie directement aux populations rurales chargées de la collecte et du transport.

Aide au développement des "Amoureux du pagne"

Cotonou, Bénin

Janvier 2015

Aide au développement des "Amoureux du pagne"

Cotonou, Bénin

15 000 €
de soutien financier

À Cotonou, plus grande ville du Bénin, Nadine et Nawal Seidou misent sur le pagne wax, une étoffe rectangulaire en coton imprimé.
Avec « Les Amoureux du pagne », les sœurs jumelles allient tradition et modernité pour concevoir des vêtements aux coupes tendances et des accessoires en tout genre (sacs à main, bijoux, coussins, etc.).
Repérées par leur marraine Marie-Christine Salmon, Nadine et Nawal Seidou ont bénéficié d’un précieux coup de pouce grâce au programme ISSA.

La subvention obtenue leur a en effet permis de franchir un palier significatif. Les entrepreneuses disposent à présent d’une boutique de vente et d’un nouvel atelier de confection. Elles ont également recruté six nouveaux salariés.
De quoi donner un élan supplémentaire aux « Amoureux du pagne », dont les créations sont d’ores et déjà prisées dans de nombreux pays d’Afrique, en France et aux Etats-Unis. Habiles communicantes, adeptes des réseaux sociaux, les sœurs Seidou ambitionnent dorénavant de multiplier les points de vente. Pour le plus grand bonheur des amateurs de pagne wax.

 

L’aide au développement
Grâce au développement de la production et des ventes, la marque « Les Amoureux du pagne » dépasse aujourd’hui les frontières de l’Afrique : ses créations sont aujourd’hui prisées dans de nombreux pays d’Afrique mais aussi en France et aux États-Unis.

Equipement et développement de "Good morning la confiance"

Bujumbura, Burundi

Mars 2012

Equipement et développement de "Good morning la confiance"

Bujumbura, Burundi

16 530 €
de soutien financier

Recycler les cartouches d’imprimantes vides, trop souvent enfouies, brûlées ou simplement jetées dans la nature : Tel est l’ambitieux pari de Good Morning La Confiance* (GMC), à Bujumbura, capitale du Burundi.

L’enjeu est d’envergure : ces déchets (le plastique, l’encre) constituent une grave menace pour l’environnement et les générations futures.

« Face à ce constat, nous avons mis en place une structure de recyclage des cartouches d’encre vides… », détaille Jean-Berchmans Nshimirimana, l’un des fondateurs de GMC.

Le principe est simple : après avoir récupéré les cartouches vides, les équipes de GMC les remplissent à nouveau, avant de les remettre sur le marché. « Cela permet de ne plus jeter la cartouche mais de la réutiliser jusqu’à trois fois. En prime, elles sont vendues moins cher que les neuves », poursuit Jean-Berchmans Nshimirimana. Pour franchir un cap, l’association a bénéficié du soutien de l’ISSA.

La subvention accordée lui a permis d’ouvrir un nouveau local, plus grand. Elle s’est également équipée de deux machines de remplissage, beaucoup plus performantes.

Enfin, toujours conseillée par les parrains ISSA, GMC a lancé une vaste campagne de communication pour développer sa notoriété auprès des grandes entreprises de la capitale. Avec une ambition en tête : tripler ses ventes.

 

L’aide au développement

Installée dans un local plus grand et mieux équipé, Good Morning La Confiance répond à une demande de plus en plus grande, tout en développant sa notoriété.

 

*Aujourd’hui, l’association GMC s’appelle « Toner Service Burundi ».

Construction d’un hangar de stockage et de fumage

Douala, Cameroun

Novembre 2015

Construction d’un hangar de stockage et de fumage

Douala, Cameroun

18 577 €
de soutien fiancier

Comment vendre, sur plusieurs marchés de la région, le poisson pêché sur les rives du fleuve Wouri, près de Douala, sans bâtiment de stockage et de conservation ?
C’est le dilemme sur lequel ont longtemps buté les pêcheurs de Mambanda, quartier de la capitale économique du Cameroun.

Résultat : un nombre important de poissons perdus finissant à la poubelle. Au-delà du gâchis alimentaire se pose également la question de la perte significative de revenus pour les pécheurs.

La Fondation Roger Milla a donc mis en contact la coopérative de pêcheurs locaux avec l’ambassadeur du programme ISSA de la région.

Objectif : Accompagner un projet de construction d’un hangar de stockage et de fumage des produits de la pêche, géré directement par la coopérative. L’édification du bâtiment n’a pas été sans contraintes, en raison notamment de son environnement marécageux.

Le nouveau hangar a changé la vie des pêcheurs. Aujourd’hui, ils écoulent la totalité de leur pêche, en évitant ainsi les pertes majeures. Mieux, un marché a même vu le jour à proximité du hangar.

 

L’aide au développement
Le soutien de l’ISSA a amélioré chacune des étapes de la chaîne de production des pêcheurs de Mambanda : fumage, stockage, conservation et vente.

Fourniture d'équipements, de plants de cacao et d'engrais

Mang, Cameroun

Octobre 2012

Fourniture d'équipements, de plants de cacao et d'engrais

Mang, Cameroun

9 000 €
de soutien financier

La vie des habitants de Mang, à l’est du Cameroun, tourne autour de la plantation de cacao.

Pour lutter contre la pauvreté et le chômage dans son village de Mang, l’abbé Marcellin a lancé une plantation de 25 hectares un peu particulière.

Son originalité vient du fait qu’une cinquantaine de villageois sont réunis en coopérative agricole et sont donc tous propriétaires des plants de cacao. Ils en assurent chaque jour la production. De son côté, la paroisse du village en assure la gestion quotidienne : approvisionnement, conditionnement du cacao, entretien des plants, etc.

Preuve du succès de ce travail d’équipe, le cacao récolté est vendu sur le célèbre marché international de Yokadouma, à 50 kilomètres de Mang.

Thémistocle Bianchi, directeur de travaux et proche de l’abbé Marcellin, a sollicité Sogea-Satom pour participer à l’essor de cette plantation solidaire.

Le financement apporté par le programme ISSA a été investi dans l’achat d’équipements, de plants et d’engrais. Charge ensuite aux habitants de Mang de planter les fèves de la solidarité.

L’aide au développement

Les équipements et moyens développés avec l’aide de l’ISSA contribuent à la pérennité de la production quotidienne de cacao gérée par la coopérative des habitants de Mang.